Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Apr

La rencontre inespérée chapitre 5

Publié par Alice  - Catégories :  #témoignages

La rencontre inespérée  chapitre 5

Je passe la réa et me voilà de retour à l'hôpital psychiatrique.

Je retrouve mon pyjama bleu. Mes colocataires ont changé. Mais l'ambiance du lieu est restée la même c'est à dire hors du temps.

Je me suis faite réprimander sur ma tentative de suicide qui aurait pu fonctionner.. Mais chers médecins,c'était mon but. Par contre, j'aurais pu rester paralyser,je ne le savais pas...

Les jours passèrent sans changement de régulateur mais avec une dose de neuroleptiques conséquente.

J'étais dans l'incapacité de lire, de tenir debout. Le temps m'était égal. J'étais partie ailleurs. Je m'étais déconnectée de mon âme.

Je ne me souviens plus très bien de ce séjour d'une quinzaine de jours avant mon transfert vers une clinique proche de chez moi.

Le jour du départ vers mon nouveau lieu de vie,je volais très haut.

A l'arrivée à la clinique, un jeune psychiatre,le docteur Kabbaj, me prit en charge. J'étais laconique et lasse. A ce moment,je ne croyais plus en la médecin,en rien. Je l'écoutais de très loin. Je n'avais pas d'avis sur lui. Juste un cri dans la tête,sortez moi de là!

J'occupais une chambre avec une jeune fille, en proie à une dépression classique. Elle dormait le jour et vivait la nuit. Je me sentais si mal qu'elle aurait pu jouer de la trompette,que cela m' aurait laissé indifférente.Je n'existais plus.

Mes phases maniaques me semblaient bien lointaines.

La journée était très planifiée. 8h lever et prise de médicaments. 9h petit déjeuner; Avant midi voire 13h,passage des psychiatres,déjeuner 14h,médicaments. 18h médicaments 21h somnifère.

Je suivais tel un mouton. Le passage de mon psychiatre ne m'évoquait rien. J'étais le néant..

J'acquiescais à ses paroles. J'étais Oui Oui, la voiture jaune en moins;

Dans ma tête,il était clair que je me tairais. C'était lui le médecin et moi la patiente.

Que faisais je dans ces lieux? Moi, la brillante étudiante et la maîtresse aimée par ses élèves

Je souffrais le martyr,certes,mais cette maladie n'est pas organique alors j'étais une malade ordinaire voire imaginaire. Je le laissais seul, face à lui même. Grand moment de solitude,j'imagine,aujourd'hui.

Il décida de garder le lithium...et de me rajouter un régulateur puis un autre. Si cela lui faisait plaisir,grand bien lui fasse.

Mon état psychique ne s' améliorait pas. J'étais devenue si insensible, si près de la dernière marche. Je me cachais derrière une tonne de maquillage et des balbutiements.

J'avalais médicament après médicament.

Mon adversaire était coriace mais je l'étais plus encore. Je ne mettais pas de mots sur mes maux

Je restais dans ma chambre,la majorité du temps. J'essayais de participer aux conversations.J'étais un zombie qui choisissait la vie;

Je restais un mois dans cet endroit. J'en suis sortie froide, partie dans un autre univers.

;

Personne ne m'entendait. Je fis le choix non discerné de poursuivre avec mon psychiatre de ville

Celui-ci décida de m'arrêter sans enlever la roll royce.

Je ne le savais pas encore mais le docteur Kabbaj allait jouer le rôle principal de ma vie en devenir

Commenter cet article

À propos

Euthymie quand tu me tiens