Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 May

sincérité / chapitre 16

Publié par Alice  - Catégories :  #nouvelles

sincérité / chapitre 16

Fargall,Arthius et Polius se rendent chez les grands parents de Tirius où a lieu le banquet. Avant,Tirius avec sa famille sont allés prier,avec leur communauté,parés de leurs plus beaux habits. La fin du Ramadan est l'occasion de pardonner,de se réconcilier. Sur les tables trônent des plats traditionnels comme la tajine et le couscous. Les amis sont assis autour d'une table basse. Avec les doigts, ils dégustent les plats. Une ambiance de joie émanent des convives. La convivialité fait place à la rancoeur. Les enfants rient à gorge déployée. Cette fête fait penser à Noël. Fargall est très émue. Elle se revoit avec ses parents,ses tantes,ses oncles et ses cousins. A cet instant,sa mère lui manque terriblement. Celle de Tirius est pleine de vie,généreuse et bavarde. La table rayonne d'une lumière prophétique.

Les compères quittent à regret la fête mais il temps pour eux de rentrer. Dans le tunnel qui les ramène devant leurs portes intérieures,Arthius prend Fargall à part et lui propose de se voir,le lendemain, au café La Flèche. Elle accepte avec un plaisir non dissimulé. Chacun retrouve son foyer. Polius est comblé par cette journée et le réconforte dans ses positions. La laïcité fixe le cadre de la quiétude entre les religions, ne les empêchant pas d'exister dans toutes leurs splendeurs. Les pensées de Fargall nage dans le passé. Ce rassemblement rouvre une plaie mal cicatrisée. Le deuil est difficile à faire. Arthius réfléchit aux mots justes qu'il adressera à sa comparse. Il ne veut surtout pas la blesser, Il connait son aptitude à s'inventer des histoires romanesques dont il ne peut pas être le héros.

En Nerfac,le froid s'intensifie. La vie sous terre permet aux nerfaciens de mener une existence normale. A l'extérieur, les rues sont désertes, sillonnées par des troupes de soldats.

Arthius se rend au lieu de rendez-vous. Ses mains sont moites, sa respiration courte.Il est le premier. Le jeune homme se place à une table et observe les petits groupes d'étudiants,déjà présents. Les minutes défilent. Fargall n'est toujours pas là. Il en profite pour allumer l'écran tactile incrusté. Un flot d'images et de musique s'en dégagent. Il se laisse bercer par ces paysages,diminuant ainsi son angoisse. La jeune femme fait son apparition. Elle se dirige vers lui. Arthius la regarde arriver. Tout à coup,il se sent oppressé.

Fargall s'installe en face lui. Ses grands yeux bleus le troublent. Elle lui sourit en lui demandant la raison de cette entrevue. Il la fixe.Aucun son n'arrive à sortir de sa bouche. Elle lui propose une conversation mentale. Alors s'engage un dialogue intense. Le jeune homme lui explique qu'il ne pourra jamais entretenir de relation de couple avec elle. Fargall lui demande la raison de cette impossibilité. Alors Arthius lui donne la nature de son penchant sexuel. Le visage de son amie se décompose. Elle se prend la tête entre ses mains. Des larmes coulent sur son visage. Il lui prend sa main ne refusant pas ce geste. Elle réalise qu'elle s'est construit un monde imaginaire. Elle ne lui en veut pas et ne le juge pas. Les relations homosexuelles sont normales sur Isiris. Elle se reproche de ne pas avoir été à l'écoute de son comparse. A aucun moment,son attitude à son égard n'a été ambiguë. Les signes de l'amitié étaient bien là,pas ceux de l'amour.

Arthius se rapproche de Fargall pour la prendre dans ses bras. Elle enfonce sa tête dans le creux de son épaule, se laissant aller dans un chagrin personnel. Il lui murmure à l'oreille qu'un jour,elle aussi aura le droit avec l'élu de son coeur, à sa part de bonheur.

Les deux amis sortent du bar. Il est soulagé d'avoir pu montrer son vrai visage. Elle comprend qu'à partir de ce jour, elle pourra à jamais compter sur lui. Leur relation est désormais saine.

Main dans la main, ils attendent le tapis roulant. La lumière tamisée de la galerie donne à ce moment, une intensité mystique.

Commenter cet article

À propos

Euthymie quand tu me tiens