Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 May

retour sur terre /chapitre 13

Publié par Alice  - Catégories :  #nouvelles

retour sur terre /chapitre 13

La navette spatiale atterrit à Paris en France terrienne. Arthius est très excité à l'idée de revoir son père. Avant,il devra prendre un tgv pour Guingamp. Les installations technologiques sont obsolètes. Dans le train,le jeune homme regarde le paysage ruiné par des siècles de guerre.

En 4057, la tension étant à son comble,des millions de terriens quittèrent leur planète dans des conditions inhumaines et beaucoup n'arrivèrent pas à destination d'Isiris. Le conflit larvé avait débuté dans les années 2200. Les français se déchiraient et s'exterminaient. Les dissentiments étaient d'ordre politiques et religieuses. De plus,elle était frappée par de nombreux attentats organisés par des extrémistes de tout bord. Les gouvernements successifs élus au suffrage universel ne parvenaient à maintenir la paix. A contrario des hommes politiques d'Isiris, les chefs d'état et leurs gouvernements n'étaient pas choisi dès leurs conceptions.En 4057, quatre bombes atomiques furent lancées sur le monde jetant l'effroi dans les populations. Cette catastrophe a plongé la Terre dans le chaos. Tous les terriens ne partir pas se réfugier. Une minorité estima que leur place était sur leur planète. Ils tentaient de reconstruire un semblant de vie aidés par des organisations sanitaires isiriennes. C'est dans ce contexte que le père d'Arthius est arrivé en France. Dans un premier temps, son organisation s'installa en région parisienne. Mais la sécurité des survivants étant menacée,la décision fut prise de quitter cette zone, pour s'abriter dans une région plus sûre,appelée Bretagne.

Son père,Vyno,l'attend sur les quais de la gare. Les retrouvailles sont pudiques mais chaleureuses. Au passage,il récupère des ingénieurs et des ouvriers. Une voiture fonctionnant à l'essence,énergie issue du pétrole,les conduit juqu'au camp de réfugiés,situé à Tréguier. La zone a été aussi dévastée malgré une lutte coriace des Bretons contre les envahisseurs. Le bâtiment qui les accueille est situé près d'une rivière,Le Trieuc . Arthius est accueilli par des réfugiés,heureux de voir le fils de leur docteur. L'installation est rudimentaire. Des tentes et des préfabriqués constituent les abris. Des enfants jouent au football,d'autres à des jeux traditionnels. La vie reprend ses droits. Les trégorrois survivants participent à cet effort vital.
L'adolescent s'installe dans la chambre paternelle,composé d'un grand lit,d'une table de chevet et d'une lampe. Il déballe ses affaires et s'empresse de se doucher dans les sanitaires communs. Son père doit l'accompagner pour une visite des décombres de la ville. En l'attendant, il tente de discuter avec des jeunes de son âge. Son français est très approximatif. Les gestes prennent le relais.
La visite commencent par une longue côte à gravir. Tréguier a été construite sur un ancien volcan. Les maisons ont disparu. Des ruines ont pris leurs places. Le centre de la ville est détruit. Les restes d'une cathédrale gothique sortent de la terre. Autrefois, cet endroit était très fréquenté et apprécié par les amateurs de beaux édifices. Sur la place centrale trône encore une statue, celle d'Ernest Renan,intellectuel breton de renom, qui par ses écrits et ses voyages,avait anticipé l'avenir de la France. arthius et son père font une halte et essaient d'imaginer la ville du temps de sa splendeur. Les cris des mouettes interrompent leurs rêveries. Il est temps pour eux de redescendre à la base pour dîner. La nuit tombe,laissant derrière elle, un spectacle inimaginable.

Le repas se passe dans la convivialité. Les femmes ont préparé des crêpes. Tout le monde se régale. Arthius est fatigué. Son voyage a été long. Il quitte les convives en leur souhaitant bonne nuit. Ces mots ne lui sont pas familier car en Nerfac,le soleil brille 27h sur 27. Il s'allonge et ses pensées vont vers ses acolytes. Son pouvoir psychique est désactivé par la distance entre les deux planètes et s'endort du sommeil du juste.

Le réveil est difficile. Il se sent perdu sans ses repères. Ils ouvrent les rideaux et observent la vie du camp. La gente féminine s'affaire à la préparation du petit déjeuner,composé de lait et de pain beurré. Les hommes se préparent pour les travaux des champs après s'être occupés du bétail. Les enfants s'habillent pour aller à l'école tenue par plusieurs professeurs rescapés. L'ambiance est active. Arthius retrouve son père dans une salle servant de dispensaire. Une file de patients laisse présager une longue journée. Quant à l'adolescent accompagné de jeunes, entament une marche de dix kilomètres pour visiter la côte sauvage.
La route menant jusque la mer a été démolie par des bombes. Très peu d'habitations ont résisté aux assauts destructeurs. Le jeune homme réalise sa chance de grandir sur Isiris. Le système politique Nerfacien est loin d'être parfait mais assure jusque présent la paix entre les individus. La technologie a pris énormément de retard,comparé à Isiris. Les guerres ont plongé la terre dans l'obscurité.

La côte,quant à elle, est restée fidèle aux images de cartes postales. La mer et ses rochers transporte Arthius dans un autre univers. Elle est bleue grise. Les vagues léchées par le vent ,s'enchaînent les unes derrière les autres. Un force magnétique se dégage se dégage de ce paysage. Athius reste sans voix.





















































































































































































Commenter cet article

À propos

Euthymie quand tu me tiens